ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr

Philippe d'Orléans (1674-1723)

 

Les jeunes années

Fils de France, Philippe d'Orléans est:

 

-le petit fils de

Philippe de France, frère cadet de Louis XIII,

duc d’Orléans, dit Monsieur,

 

-le fils

du frère de Louis XIV, dit monsieur, et de sa seconde épouse la Princesse Palatine Élisabeth-Charlotte de Bavière

Monsieur, frère de Loui XIV

Philippe

duc de Chartres

la princesse Palatine

Né le 2 août 1674 à Saint Cloud, Philippe, titré duc de Chartres,

reçoit une éducation soignée, principalement tournée vers la fonction militaire et diplomatique, comme il sied à un fils de France. Il s'intéresse particulièrement à l'histoire, la géographie, la philosophie, aux sciences et à la musique. Contrairement à son oncle et à son père, il monte mal à cheval, n’aime pas la chasse & se montre mauvais danseur.

(Plus à l'aise depuis son adolescence dans les chevauchées en alcôve,

à la poursuite des biches à hauts talons)

En revanche, il est intelligent & doté d'une prodigieuse mémoire et  d’une  grande capacité de travail.

 

Il occupe la sixième lignée dans l’ordre de  succession  au trône, à la suite des fils de Louis XIV:

Louis,  duc de Bourgogne, dit le grand dauphin, né le 1er novembre 1661, tient de son père le goût de la table, de la chasse et des bâtiments, mais soumis pour se confronter au roi, il préfère se retirer dans son château de  Meudon. Fier de son sang, il ne craint pas cependant de réclamer avec une vigueur inaccoutumée pour son fils cadet Philippe, l'héritage de la couronne d'Espagne, alors que le décès de sa mère faisait de lui l'héritier légal.

Semblant peu intéressé par les affaires publiques, il s’enthousiasme pour les affaires militaires,et se signale par sa bravoure aux combats(*); il décède de la variole le 14 avril 1711,

Il est le seul enfant de France à être parvenu à l’âge adulte

(*) tout comme son père dit Monsieur, tout comme Philippe d’Orléans, mais Louis XIV n’aime pas qu’on lui fasse de l’ombre, et n’aura de cesse que de rabaisser la branche cadette en leur retirant notamment leurs charges militaires

.

les enfants du duc de Bourgogne:

-Le prince Louis  (6 août 1682 † 18 février 1712),

titré duc de Bourgogne,

 

-Le prince Philippe (19 décembre 1683 † 9 juillet 1746), titré duc d’Anjou, Roi d’ Espagne en 1700 et détenteur des Pays-Bas espagnols

sous le nom de Philippe V,

 

-Le prince Charles  (31 août 1686 † 4 mai 1714), titré duc de Berry,

le père de Louis,né en 1710, duc de Bourgogne,

puis le dauphin &, futur Louis XV

 

Philippe Charles de France duc d’Anjou, 5 août 1668- 10 juillet1671

 

Louis  François de France, duc d’Anjou,

14 juin 1672- 4 novembre 1672

 

Les filles de France

Anne-Élisabeth de France:18 novembre 1662 – 30 décembre 1662

Marie-Anne de France:16 novembre 1664 – 26 décembre 1664

Marie-Thérèse de France : 2 janvier 1667 – 1er mars 1672 

 

Le mariage:

Philippe d’Orléans a peu de chance au départ de régner, ce qui  ne le place pas dans la meilleure situation pour faire un mariage avantageux, d’autant que  la France est en guerre avec la presque totalité de l’Europe, rendant impossible un mariage avec une princesse étrangère, ce qui convient certainement à Louis XIV qui tient à parachever sa politique d’abaissement des branches cadettes de la maison de Bourbon. Dès 1688, Louis XIV fait allusion, sa fille bâtarde légitimée de sa relation avec marquise de Montespan dite. Au grand dam de Monsieur et de sa femme, la  princesse palatine, jugeant une telle union scandaleuse, indigne  inimaginable. Louis XIV utilise alors l'influence du  marquis d'Effiat sur Monsieur pour le convaincre, la princesse , ne peut que s’incliner, ne pouvant affronter le roi, sans le soutien de son mari. Philippe le fils hésitant,encouragé par son précepteur, l' abbé Dubois,

rend les armes & épouse la duchesse le 18 février 1692.

 

 

Philippe d'Orléans

Françoise Marie de Bourbon

dite seconde madeemoiselle de Blois

Fille légitimée de Louis XIV  & de madame de Montespan

 un mariage arrangé malheureux

La princesse a, en effet, un caractère insupportable. Elle se brouille avec sa mère,

Mme de Montespan, sa demi-soeur la princesse de Conti, et sa soeur la duchesse de Bourbon

. Ses relations avec ses filles seront désastreuses.
Philippe d'Orléans  ne se gênera pas pour la tromper allègrementnt, ce dont l'épouse se lamente auprès de son père, Louis XIV.
Elle avait pourtant dit avant son mariage :

"Je ne me soucie pas qu'il m'aime ; je me soucie qu'il m'épouse".

ils auront quand m^me 8 enfanbts

 

 «Mademoiselle de Valois (17 décembre 1693 – 17 octobre 1694);

Marie-Louise-Élisabeth d'Orléans (20 août 1695 – 21 juillet 1719), surnommée  «Joufflotte»,

Adélaïde d’Orléans (13 août 1698 – 10 février 1743), abbesse de Chelles ;

Charlotte-Aglaé d'Orléans (20 octobre 1700 – 19 janvier 1761), «Mademoiselle de Valois»,

Louis Ier d'Orléans, duc de Chartres, puis duc d’Orléans (1723), surnommé « le Pieux » (4 août 1703 – 4 février 1752);

Louise-Élisabeth d'Orléans (11 décembre 1709 – 16 juin 1742), «Mademoiselle de Montpensier»,

Philippine-Élisabeth d'Orléans (18 décembre 1714 – 21 mai 1734), «Mademoiselle de Beaujolais»

Louise d'Orléans (27 juin 1716 – 26 septembre 1736),

«Mademoiselle de Chartres»,

 

 

 

Philippe d’Orléans: le militaire

En 1992 Philippe entre dans  la carrière des armes aux Pays-Bas, aux côtés de Louis XIV. Très vite, il se révèle bon officier, aimé de ses soldats, enchaînant les campagnes. En 1693, il se distingue par une brillante conduite au siège de Mons, à la bataille de Steinkerque et à la bataille de Neerwinden, tout en se montrant critique vis-à-vis de la stratégie de l’armée de Flandre. Ses quelques initiatives, de portées certes modeste, s’avèrent en revanche des succès. À la cour, les comparaisons fusent avec le Grand Condé, ce qui lui attire la jalousie des autres princes du sang. Désireux de calmer le jeu, Louis XIV rappelle tous les princes en 1697. Philippe vit cette décision comme un camouflet personnel, en le privant de grand commandement, d’autant qu’en compensation: on ne lui accorde aucun grand gouvernement, à la différence des bâtards, Louis XIV d’une pierre deux coups rabaisse la branche cadette et règle le compte de Philippe qui fréquente les milieux libertins depuis l’adolescence, et mène une vie dissolue.

 Il reçoit, à la mort de son père en 1701, le titre de duc d’Orléans.

Rappelé à l’armée lors des campagnes difficiles de la guerre de Succession d'Espagne, il prouve sa bravoure à la bataille de Turin,

en 1706.

En mars 1707, nommé pour commander les armées françaises en Espagne, il accepte assez mal que le duc de Berwick ait précipité la bataille pour remporter une victoire sans sa participation, un jour avant son arrivée,

Philippe d'Orléans

Jacques Iᵉʳ Fitz-James, duc de Berwick

Fils naturel du roi Jacques II Stuart,

il est fait maréchal de France en 1706

 

Philippe d’Orléans marche

sur Saragosse  et Lerida qu’il prend.

En février 1708 il revient en Espagne  pour engager le siège de Tortosa, qui capitule  le 11 juillet,  malgré le pronostic défavorable des princes de Condé et Conti qui doivent constater la place de leur rival dans les faveurs du roi.

 

Par ambition mal déguisée le duc d’Orléans suscite des

rumeurs non fondées:

- sa participation à des réunions où est évoquée ce qui pourrait advenir si le roi d’Espagne, Philippe V venait à quitter son trône. Un personnage agissant en son nom se fait repérer et la princesse des Ursins, intriguant contre la France de façon maladroite, réussit à convaincre la couronne d’Espagne qu’Orléans voulait la renverser.

- son goût pour la chimie le font soupçonner d’avoir contribué aux morts du dauphin et de sa famille, ce qui suppose, que pour accéder à la couronne de France, Philippe d'Orléans aurait dû assassiner le nouveau dauphin et futur Louis XV, Philippe V d'Espagne, son prédécesseur  dans l'ordre de succession. En réalité, les membres de la famille ont  succombé à une maladie virale,

Louis IV lui témoignera pourtant  froideur et défiance

 

Le Régent

Au lendemain de la mort deLouis XIV, le 2 septembre 1715, conformément à l’usage, la lecture du testament royal est effectuée lors d'une séance solennelle au parlement de Paris, rassemblant toutes les cours souveraines, les princes du sang et les ducs et pairs, qui doit proclamer la régence. Dans son testament, Louis XIV tente de limiter les pouvoirs du duc d’Orléans, en dictant la composition du conseil de régence, véritable conseil de gouvernement.

                  Louis XIV               Le duc du Maine          Madame de Montespan

Il confie ainsi au duc du Maine(*), un de ses bâtards légitimés, la garde et la tutelle du jeune Louis XV en le nommant régent du royaume, et chef de la maison militaire. A Philippe d'Orléans, adulte de la famille royale le plus proche du roi, la charge, purement honorifique,

de président du conseil de régence

Philippe ne l’entend ainsi et pour  rallier le Parlement de Paris à sa cause, lui promet de restituer le droit de remontrance supprimé par Louis XV, ce qui ne sera pas sans conséquence pour ses successeurs Louis XV &

Louis XVI,  il réussit à faire casser un testament qui le prive de prérogatives qu’il juge dues à sa naissance. Le Parlement le reconnaît donc comme seul régent, ce qui lui permet de réorganiser le Conseil à son gré et d’évincer le duc du Maine, bientôt exclu de la succession au trône

que son père lui avait accordée. 

(*) vraisemblablement sous l’influence de madame de Maintenon, qui a toujours marqué une préférence pour ce prince Aux portes de la mort Louis XIV serait revenu trop tard et oralement sur ce testament  

.

La gouvernance de Philippe d’Orléans

 

l’organisation du gouvernement,

 le Régent met en place la politique de polysynodie: chaque ministre est remplacé par un conseil. rassemblant des grands seigneurs et des techniciens.  (C'était l'expression d'une réaction nobiliaire momentanée : la création de conseils dominés par la noblesse d'épée donnait à celle-ci une nouvelle influence) Son fonctionnement se révélant peu facile, le régent renonce à cette formule en septembre 1718, et reprend le type de gouvernement en vigueur sous Louis XIV, en appelant à ses côté comme conseiller d’état l’abbé Dubois, son ancien précepteur,

devenu archevêque, puis cardinal ,

 

 

Les finances

le 4 octobre 1715, le régent adresse une lettre à «MM. les intendants commissaires départis dans les provinces», dans laquelle il déclare que sa préoccupation majeure est le poids excessif des différentes taxes et annonce son intention d’établir un système d’imposition plus juste

et plus égalitaire

1716,  Il tente de rétablir les finances & l’économie mises à mal par 50 années de guerre (soit un déficit équivalent à10 ans de recettes fiscales), mais tous les expédients  classiques échouent.( refonte des monnaies, révision des créances de l’état, poursuite des munitionnaires, des financiers affermés à l’impôt), le pays est au bord de la catastrophe

C’est alors que par l’intermédiaire d’une maîtresse du régent, qu’intervient le sieur de Nocé, qui possédait  quelques compétences en finances pour convaincre le régent d’essayer

le système du banquier écossais  John Law :

Ce système est fondé sur la circulation de papier-monnaie, garanti par un  organisme puissant & fortuné, pour ce faire, il propose la création sur le modèle anglais d’une grande banque avec le concours de gens riches,

le principe: accepter les billets des commerçants en leur donnant en échange des billets signés qui peuvent circuler comme de l’argent, payables à vue et remboursables contre argent ou or. Law compte sur la confiance générale pour ces billets soient considérés comme une vraie monnaie acceptée par les créanciers.

La fondation de la banque rencontre un succès immédiat

Law crée en 1717 la compagnie d’occident( qui deviendra compagnie des Indes) à laquelle est concédé le commerce exclusif du commerce dans la vallée du Mississipi, le nouvel eldorado en Louisiane, possession de la France, les actions servant de garantie du papier monnaie.

En faisant miroiter l’espérance de gains fabuleux , ajouter à cela le bruit de la  découverte de deux mines d’or en Louisiane, et la frénésie s’empare des agioteurs jusque dans l’hiver de 1719,

les actions passent de 5000 à 25000 livres ,

les agioteurs habiles réalisent des gains stupéfiants

Brusquement au début de 1720, on croit remarquer une gêne dans les paiements de la banque, le duc de Bouillon, gros actionnaire, fort inquiet, se fait rembourser 60 millions de livres (chargées sur 3 voitures ! ! )

La panique se répand dans Paris, dès lors, les actions ne sont plus reprises qu’entre 30. & 60%, car les 3 milliards de billets émis par la banque n’étaient garantis que par 700 millions de numéraires . C’est la banqueroute, Paris est au bord de l’émeute, un mouvement de foule, rue Vivienne provoque la mort d’une quinzaine de personnes.

Poussé par sa maîtresse qui a bien profité du système, le régent supprime la compagnie des Indes le 7 avril 1721,

la ruine des épargnants est consommée.

 

. Autres calamités

Les incendies, la peste de Marseille, le pays souffre et gémit, et accuse l'irréligion du Régent. Cependant, la sagacité et la finesse du cardinal Dubois dans les affaires, l’énergie intermittente de Philippe d'Orléans et l’absence de toute opposition organisée permettent à la monarchie de rester debout

 

La politique réligieuse

Après avoir soutenu le cardinal de Noailles et les ecclésiastiques opposants de la bulle Unigenitus, il constate avec déception l'inefficacité de sa loi du silence visant à réduire la fracture du clergé de France. Avec le soutien des cardinaux Bissy et Rohan, il s'engage en 1720 dans la voie de l'accommodement et la rédaction d'un corps de doctrine, sorte de synthèse des vues gallicanes sur la querelle janséniste

.

La politique extérieure :

Il rétablit la paix, et abandonne la cause de la dynastie catholique des Stuarts, qui se  réfugiera en Avignon puis à Rome.

Avec toutefois une courte guerre avec l’Espagne:la conséquence de la rivalité personnelle entre le roi Philippe V d'Espagne, petit-fils de Louis XIV, et le Régent de France

Le 9 janvier 1719, la France déclare la guerre à l'Espagne.

Sous les prétextes des prétentions du roi d'Espagne sur le trône de France et d’ un projet d'attentat contre la personne du Régent

.

Une armée française franchit la Bidassoa au printemps sous le commandement du maréchal Jacques de Berwick, fils naturel du roi Jacques II Stuart. Elle met le siège devant Fontarabie, (face à Hendaye), et emporte la ville le 17 juin. À l'automne, les Anglais débarquent en Galice cependant que les Provinces-Unies

déclarent à leur tour la guerre à l'Espagne.

Philippe V se résout à négocier. Les alliés exigent au préalable l'éviction de son premier ministre, le cardinal Alberoni

qui sera congédiéle 9 décembre

Philippe V

fils aîné de Louis XIV

le cardinal  Guilio Ableroni

Par la paix signée à La Haye le 20 février 1720, le roi d'Espagne renonce formellement à la couronne de France...

 

Le régent en son palais

Le Régent réside au Palais-Royal qui devient, de 1715 à 1723, le cœur de la vie politique et artistique, supplantant Versailles.

 

de 9h00 au déjeuner, il lit les rapports, répond aux dépêches,

reçoit les ambassadeurs,

L’après midi, il préside un conseil.

 

Mais dès 17h00 Philippe d'Orléans reprend sa vie frivole,. le Palais-Royal devient le théâtre de ses abandons à la débauche en compagnie de ses «roués», hommes & femmes, jeux burlesques & immoraux, saynètes graveleuses, ses petits soupers où l’on boit sec, tournent à l’orgie, avec pour reine, depuis 1715, la comtesse de Paradère;, les gardes ramenant chez eux au petit matin dames & gentilshommes ivres morts.

La majorité du roi

Louis XV est sacré et couronné à Reims le 25 octobre 1722.

Le 22 février 1723 , il est déclaré majeur en lit de justice, à l’âge légal de 13 ans.et s’installe à Versailles( il logeait au Louvres), le cérémonial de cour est remis en vigueur et la Maison du roi reconstituée

Philippe d’Orléans sollicite , auprès de Louis XV qui a pour lui la plus vive affection, la place de président du conseil, que le roi  lui accorde sans hésiter. C’est la première fois dans l’histoire de la monarchie qu’un petit-fils de France est investi de telles fonctions

le cardinal Dubois est maintenu au poste de principal ministre

 Le Conseil de régence est renommé Conseil d’en Haut,

 

La fin

Le duc d’Orléans, jugeant ses ministres médiocres, ne leur délègue pas les affaires mais sa mauvaise santé le rend lui-même incapable.

Il a beaucoup grossi, est sujet à de fréquentes somnolences mais refuse de suivre les avis que lui donnent son entourage et son médecin Pierre Chirac. Plutôt que de se modérer, il dit préférer une mort subite et donne à certains l'impression d'une course suicidaire.

Il meurt le jeudi 2 décembre 1723 après souper vers sept heures du soir, assoupi dans son fauteuil sur l'épaule d'une de ses favorites,

la duchesse de Phalaris.

 

Le bilan

Il  laisse au jeune roi Louis XV,

-un royaume en paix avec les autres puissances européennes

(une seule courte guerre avec l’Espagne)

 

- une situation économique en voie d'assainissement: les principales conséquences du système mis en place par John Law furent  positives: relance de l’économie, allègement de la dette de l'État, désendettement des agents privés sous le double effet de l'inflation et de la baisse des taux d'intérêt, boom économique durable, avec l'essor du commerce extérieur, offrant à l’État de belles marges de manœuvre financières

....au détriment des épargants et  une vive méfiance

contre le papier-monnaie…

 

Mais le royaume, héritier de la monarchie absolutiste de Louis XIV, se heurtera  au droit de remontrance du Parlement:

blocages des réformes voulues par Louis XV et par Louis XVI,

avec pour épilogue 1789.

 

sources: le net

 

 

 

Syndicat d'Initiative Intercommunal des Portes du Pays d'Othe - 2 rue Laurent Lesseré - 10190 ESTISSAC - Tél : 03 25 40 42 42

réalisation OvOtix - motorisation Clé de Site

 

 

 

 ok
Inscription à la newsletter : 
 ok
Vous êtes ici > ACCUEIL > le regent
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr

la rivière Ancre

ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr

Bercenay en Othe

ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr
ccportesdupaysdothe.fr

 

 Syndicat d'Initiative Intercommunal Vanne Pays d'Othe

papillon belle dame

logo des Portes du Pays d'Othe

Avril 2024
L M M J V S D
01 02 03 04 05 06 07
08 09 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30